• +514 692-3295
  • info@montrealsanssida.ca

Judiciarisation

Judiciarisation

Travailler à l’élimination des préjudices causés par l’application de lois criminelles et la judiciarisation des personnes issues de communautés marginalisées

La criminalisation de l’usage et possession de drogues, du travail du sexe et de la non-divulgation du statut sérologique constitue un obstacle de taille à la santé et au bien-être des communautés vulnérables au VIH.

La création d’environnements favorables pour atteindre les objectifs 0-90-90-90-0 implique de lever ces barrières réglementaires et légales.

L’arrimage entre les différents paliers concernés (municipal, provincial, fédéral) est un défi réel auquel Montréal sans sida répondra par des activités de représentation et de concertation intersectorielle.


Le groupe de travail et de suivi de la mise en oeuvre des actions de l’Axe 2 du plan d’action est composé de membres des communautés concernées, de professionnels d’organisations communautaires (Chez STELLA, l’amie de Maimie, Dopamine, COCQ-SIDA, L’Injecteur) et de la Direction régionale de santé publique, et s’assure de réunir les expertises et expériences nécessaires.


Cliquez sur les actions pour des détails

2.1 Élaborer une stratégie municipale en matière de réduction des méfaits en invitant les différentes parties prenantes des milieux communautaires, de la sécurité publique, de la santé publique et du réseau de la santé et des services sociaux à participer à la réflexion
2.2 Prendre position en faveur de la non applicabilité du droit criminel et pénal en matière de non-divulgation du statut sérologique lors de relations sexuelles au cours desquelles le risque de transmission est négligeable

30 avril 2019 : Dre Mercure témoigne au Comité permanent de la justice et des droits de la personne de la Chambre des communes, qui  étudie actuellement la criminalisation de la non-divulgation de la séropositivité.

Écouter Dre Mercure (extrait) - Écouter la session au complet


 

2.3 Constituer un groupe de travail visant à identifier les meilleures pratiques pour réduire l’impact de l’application des lois criminelles sur la vulnérabilité au VIH des travailleuses et travailleurs du sexe
2.4 Travailler conjointement afin de favoriser une meilleure cohérence entre les interventions de santé publique et de sécurité publique auprès des personnes et communautés vulnérables au VIH