• +1 514 528-2400
  • info@montrealsanssida.ca

Archive de l’étiquette sida

Journée mondiale du sida – 2019

Les partenaires de l’initiative Montréal, ville sans sida lancent une campagne pour mettre fin aux préjugés

Environ 10 000 personnes vivent avec le VIH à Montréal. Malheureusement, bon nombre d’entre elles font encore face à des préjugés qui nuisent à leur santé et à leur bien-être. Dans le cadre de la Journée mondiale du VIH/sida, la Ville de Montréal, la Direction régionale de santé publique de Montréal (DRSP) et la Table des organismes communautaires montréalais de lutte contre le sida (TOMS) lancent une campagne pour lutter contre la stigmatisation et la discrimination envers les personnes vivant avec le VIH.

Lutter contre les préjugés

Cette première campagne issue de l’initiative Montréal, ville sans sida est destinée au grand public et sera diffusée au cours des prochains mois dans les stations de métro et les médias sociaux. Avec le slogan Le plus dangereux avec le VIH, ce sont les préjugés, la campagne vise à s’attaquer aux peurs non fondées et aux jugements moraux qui persistent encore aujourd’hui dans la société. À titre d’exemple, en 2018, plus d’un Québécois sur cinq avait peur de contracter le VIH lorsqu’il était à proximité de quelqu’un qui vit avec le VIH, selon une étude réalisée par l’Agence de santé publique du Canada, et ce, malgré le fait qu’il n’y ait aucun risque de transmission.

Favoriser l’inclusion

« De grands pas ont été faits dans le traitement et la prévention du VIH/sida. Un défi demeure cependant, celui de lutter contre la discrimination visant les personnes vivant avec le VIH. J’invite donc la population montréalaise à faire preuve de solidarité pour que toutes nos concitoyennes et tous nos concitoyens se sentent acceptés et inclus dans toutes les sphères de leur vie. La campagne lancée aujourd’hui contribuera à faire tomber les préjugés », déclare Nathalie Goulet, responsable de l’inclusion sociale au comité exécutif de la Ville de Montréal.

Connaître la réalité

« La réalité a bien changé ces dernières années. Aujourd’hui, les traitements disponibles évitent la transmission par voie sexuelle. Ils permettent aussi aux personnes vivant avec le VIH d’avoir une espérance de vie semblable à celle de la population générale. Il faut maintenant lutter contre les préjugés pour réduire les inégalités sociales qui affectent le quotidien des personnes vivant avec le VIH et favoriser l’accès aux services de santé », affirme Dre Mylène Drouin, directrice régionale de santé publique de Montréal et co-présidente de Montréal, ville sans sida.

Faire évoluer les mentalités

« Les avancées médicales sont importantes dans la lutte contre le VIH. Toutefois, la stigmatisation et la discrimination sont encore bien présentes selon nos organismes communautaires membres. Leurs effets négatifs nuisent aux efforts déployés pour mettre fin à l’épidémie. Cette campagne rappelle que les perceptions n’ont pas évolué aussi rapidement que les traitements. Elle incite la population à faire preuve de solidarité envers toutes les personnes vivant avec le VIH » explique Sandra Wesley, représentante de la TOMS et co-présidente de Montréal, ville sans sida.

Diffusion de décembre à février

La campagne est diffusée à compter du 1er décembre sur différentes plateformes, dont les écrans du métro et des bornes numériques de l’arrondissement Ville-Marie, ainsi que sur les médias sociaux et le Portail Santé Montréal.

Pour voir la campagne : santemontreal.ca/prejugesvih

Montréal, ville sans sida

Le 1er décembre 2017, la mairesse Valérie Plante signait la Déclaration de Paris, faisant de Montréal la première ville canadienne à rejoindre le réseau international des Villes sans sida d’ONUSIDA. Un an plus tard, l’initiative Montréal sans sida lançait un plan d’action élaboré en collaboration avec les communautés les plus concernées par le VIH/sida. Ce plan vise à enrayer l’épidémie localement et à participer à l’effort international pour éradiquer le virus d’ici 2030 à travers le monde. Ce plan d’action compte parmi ses objectifs celui de réduire la discrimination envers les personnes vivant avec le VIH. Pour en savoir plus : www.montrealsanssida.ca

Source

Laurence Houde-Roy
Attachée de presse
Cabinet de la mairesse et du comité exécutif
438 925-0884

Renseignements

Linda Boutin, relationniste
Ville de Montréal
514 872-6013
linda.boutin@montreal.ca

Relations médias

CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal
Lundi au vendredi, 7 h à 16 h : 514 376-3748
Soirs et fin de semaine : 514 528-2477
relations.medias.ccsmtl@ssss.gouv.qc.ca

Participation – Axe Communication

PARTICIPEZ À LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D’ACTION – AXE COMMUNICATION


Le groupe de travail et de suivi de la mise en œuvre de l’axe Communication de Montréal sans sida invite au moins une personne issue des communautés clés dans la réponse à l’épidémie du VIH à compléter son équipe. Sont particulièrement invitées à s’impliquer les personnes :

  • Issues des minorités visibles et des peuples Autochtones,
  • Ayant des parcours trans, de migrations, de travail du sexe, d’utilisation de drogues, d’itinérance ou toute autre expériences vécues similaires, séropositifs ou séronégatifs au VIH.

La participation au comité peut être confidentielle, et donne lieu à une rémunération.


Après le lancement de son plan d’action en novembre 2018, Montréal sans sida le met maintenant en œuvre. Il comprend 4 axes dont « Communiquer pour lutter contre la discrimination et la stigmatisation », qui présente 5 actions qui concernent :

  1. L’information sur les Infections Transmises Sexuellement et par le Sang
  2. Une campagne de sensibilisation autour de I=I (Indétectable = Intransmissible)
  3. La lutte aux discriminations dans les différents plans d’action de la Ville de Montréal
  4. La journée mondiale du sida
  5. La formation de professionnels de la santé et des services sociaux en pratiques inclusives

Le groupe de travail et de suivi de la mise en œuvre s’assure que les ressources et les expertises nécessaires sont réunies pour mener les actions.

Ainsi, ses membres sont des personnes issues des communautés montréalaises, des membres d’organismes communautaires, des professionnels de la recherche et de la santé publique. Ils et elles ont un intérêt particulier pour la communication !

Au moins 4 rencontres (minimum) par années sont prévues, elle se déroulent entre 16h30 et 19h00 en général. Les heures de travail donnent lieu à une rémunération de 20$ par heure, des collations sont servies et les tickets de transports peuvent être remboursés.

Déposez votre candidature avant le 12 mai 2019 ! N’hésitez pas à contacter Pierre-Henri :

coordination@montrealsanssida.ca

514 692-3295

m.me/mtlsanssida

La première rencontre a eu lieu le 16 avril 2019. La seconde sera fin mai.

Montréal sans sida : un plan d’action commun pour accélérer la riposte à l’épidémie du VIH/sida

À quelques jours de la Journée mondiale du sida, la Ville de Montréal, la Direction régionale de santé publique de Montréal et la Table des organismes communautaires montréalais de lutte contre le sida (TOMS) dévoilent le plan d’action commun Montréal sans sida 2019-2020. Élaboré en collaboration avec les communautés les plus concernées, ce plan vise à enrayer l’épidémie localement et à participer ainsi à l’effort international déployé par de nombreuses villes pour éradiquer le virus d’ici 2030 à travers le monde.

La Déclaration de Paris
Le 1er décembre 2017, la mairesse Valérie Plante signait la Déclaration de Paris, faisant de Montréal la première ville canadienne à rejoindre le réseau international des Villes sans sida. La métropole s’est ainsi engagée à accélérer la riposte à l’épidémie de VIH en mettant les communautés au cœur de ses actions pour atteindre d’ici 2020, des objectifs ambitieux :

  • Zéro nouvelle infection
  • 90 % des personnes séropositives connaissent leur statut sérologique
  • 90 % des personnes qui connaissent leur séropositivité reçoivent des traitements antirétroviraux
  • 90 % des personnes sous traitements antirétroviraux ont une charge virale indétectable
  • Zéro discrimination et stigmatisation

Une métropole engagée
« La Ville de Montréal est fière de lancer ce tout premier plan d’action collectif dont les objectifs, ambitieux, nous permettront de mieux lutter ensemble contre VIH/sida, tout en prenant meilleur soin de nos citoyens qui sont touchés. Depuis un an, nous préparons ce plan avec les partenaires de façon résolument collective, rassembleuse et inclusive des personnes et communautés concernées, parce que c’est ce qu’il faut pour faire de Montréal une ville solidaire et sans sida! », souligne la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Des actions prometteuses
« Sur l’île de Montréal, environ 10 000 personnes vivent avec le VIH. En 2017, il y a eu plus de 200 nouveaux diagnostics de VIH sur le territoire et ce, malgré les progrès remarquables observés dans la lutte contre le VIH/sida. Il ne faut donc pas baisser les bras, et ce plan d’action commun vient justement cibler les actions les plus prometteuses à mettre en place afin d’éliminer les derniers obstacles à la fin de l’épidémie », précise Dre Mylène Drouin, directrice régionale de santé publique de Montréal et co-présidente de Montréal sans sida.

Des communautés mobilisées
« La reconnaissance de la diversité des besoins de nos communautés concernées, notamment en ce qui a trait à la discrimination et aux inégalités systémiques qui touchent les personnes autochtones, racisées, migrantes, ou issues des communautés LGBTQ+, ainsi que les personnes en situation de pauvreté, d’itinérance, les jeunes et les personnes en conflit avec la loi, est au cœur de la démarche que nous conduisons. Nos communautés sont mobilisées et nous travaillerons ensemble à la réalisation de ce plan d’action commun » indique Sandra Wesley, déléguée de la TOMS et co-présidente de Montréal sans sida.

Des services adaptés et inclusifs
Les mesures présentées dans le plan d’action s’orientent autour de quatre grands axes, dont celui des services offerts à la population. « Il est essentiel de déployer des services accessibles aux personnes, adaptés à leurs besoins réels, tant en ce qui concerne la prévention que le traitement. Dans cette optique, les communautés concernées font partie de la solution et le réseau doit en faire des partenaires privilégiés » commente Sonia Bélanger, présidente-directrice générale du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’île-de-Montréal.

Une réponse aux préoccupations des personnes concernées
Le plan contient près d’une trentaine d’actions qui font l’objet d’un large consensus dans la communauté. En effet, des membres des communautés, des organismes communautaires, des soignants, des chercheurs et des professionnels de la santé publique et de la Ville de Montréal ont participé à l’élaboration du plan. Les actions constituent ainsi des solutions concrètes aux préoccupations des personnes concernées et s’orientent selon quatre axes d’intervention stratégiques :

  1. Communiquer pour réduire la stigmatisation et la discrimination
  2. Travailler à l’élimination des préjudices causés par l’application de lois criminelles et la judiciarisation des personnes issues de communautés marginalisées
  3. Améliorer les conditions de vie des communautés vulnérables
  4. Déployer des services accessibles et adaptés aux besoins des personnes

Des groupes plus vulnérables à l’épidémie
À Montréal, pour atteindre les objectifs du plan d’ici 2020, les efforts cibleront les groupes les plus concernés par l’épidémie : les personnes vivant avec le VIH, les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, les personnes utilisatrices de drogues par injection, les personnes originaires de pays où le VIH est endémique, les jeunes des communautés les plus touchées, les travailleuses et travailleurs du sexe, ainsi que les personnes autochtones vivant en milieu urbain. 

Réseau international des Villes sans sida
Née à Paris le 1er décembre 2014, l’initiative « Ville sans sida » est le fruit d’un partenariat entre des grandes villes du monde, l’International Association of Providers of AIDS Care (IAPAC) et les programmes ONUSIDA et ONU-Habitat des Nations Unies. Les 200 villes les plus touchées par l’épidémie abritent à elles seules plus du quart des 35 millions de personnes vivant avec le VIH. L’engagement des villes se formalise à travers la signature par les maires et mairesses de la Déclaration de Paris. Cette volonté politique des signataires les amène à fédérer leurs efforts pour atteindre les objectifs de l’ONUSIDA d’ici 2020.

Pour consulter le résumé et le plan d’action commun de Montréal sans sida : www.montrealsanssida.ca

SOURCE Ville de Montréal – Cabinet de la mairesse et du comité exécutif

  • Geneviève Jutras, Attachée de presse de la mairesse, Cabinet de la mairesse et du comité exécutif, 514 243-1268
  • Linda Boutin, relationniste, Ville de Montréal, 514 872-6013 – boutinl@videotron.ca
  • Affaires publiques, CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal,
    514-376-3748 – relations.medias.ccsmtl@ssss.gouv.qc.ca
  • Sandra Wesley, déléguée, Table des organismes communautaires montréalais de lutte contre le sida, 514 984 6319 – coordo@toms-mtl.org

Document PDF

Les jeunes agissent pour une ville sans sida.

Sont particulièrement invité.e.s à s’impliquer les jeunes :

  • issu.e.s des minorités visibles et des peuples Autochtones,
  • ayant des parcours trans, de migrations, de travail du sexe, d’utilisation de drogues, d’itinérance ou toute autre expériences vécues similaires, séropositifs ou séronégatifs au VIH..

La participation à la rencontre est confidentielle, et donne lieu à une rémunération.

Plus d’informations ? 

Contacte Pierre-Henri :

Devenez membre du comité de coordination

Le comité de coordination de l’Initiative Montréal sans sida recherche deux (2) personnes vivant avec le VIH ou issues des communautés clés dans la réponse à l’épidémie du VIH pour participer à ses travaux d’implantation.

La participation est confidentielle sur demande, et indemnisée pendant les travaux du comité.


Contexte de l’Initiative Montréal sans sida

Montréal a rejoint le réseau mondial des villes sans sida lors de la signature de la Déclaration de Paris le 1er décembre dernier par Valérie Plante, Mairesse de Montréal. Elle annonçait alors la création du comité de coordination de l’Initiative, qui mobilisera les ressources nécessaires pour faire de Montréal une ville sans sida à l’horizon 2030.

Contexte du comité de coordination

Le comité de coordination est l’instance de pilotage et de décision de Montréal sans sida. Co-présidé par la Direction régionale de santé publique de Montréal (DRSP), la Table des organismes montréalais de lutte contre le sida (TOMS) et la Ville de Montréal, il reflète les ambitions d’implication des communautés dans les actions qui les concernent, notamment en donnant une place centrale aux personnes vivant un cumul de facteurs de risque ou de vulnérabilités.

Ainsi, ses membres sont des personnes issues des communautés montréalaises, des membres d’organismes communautaires, des professionnels de milieux cliniques, de la recherche, de la santé publique, ainsi que du Service de la diversité sociale et des sports de la Ville. Leur rôle est de s’assurer de la bonne réalisation du mandat du comité.

Pour ce faire, ils doivent participer à chaque rencontre (4 par année) du comité, sensibiliser et informer les membres du comité sur les enjeux vécus par leurs communautés, et participer aux diverses activités liées aux travaux du comité de coordination.

Sélection des candidats

Les deux (2) nouvelles personnes, montréalaises, seront choisies sur la base de la diversité d’expériences souhaitée au sein du comité. Une fois retenues, elles seront invitées par la co-présidence à siéger, pour la durée de ses travaux, pendant lesquels elles seront indemnisées et leurs transports pris en charges si nécessaires.

Les connaissances ou expériences des enjeux de vulnérabilités ou de risques d’infection au VIH que vivent les communautés des personnes intéressées bénéficieront au comité de coordination. Ainsi, elles sont sensibles aux actualités de l’épidémie, et souhaitent contribuer à réduire les effets négatifs du VIH dans leurs communautés.

Déposer votre candidature

Les personnes intéressées sont invitées à envoyer un court texte de présentation de leurs motivations personnelles. Vous pouvez aborder par exemple :

  • Ce qui vous interpelle particulièrement dans l’Initiative Montréal sans sida
  • Les aspects de l’Initiative pour lesquels vous souhaiteriez particulièrement vous impliquer
  • Une réalisation, personnelle ou professionnelle, reliée à la sensibilisation auprès du public en prévention, soin, soutien, éducation, ou lutte contre la stigmatisation
  • Toute autre expérience reliée aux domaines du VIH ou du sida qui enrichirait votre candidature

Pour poser votre candidature, envoyez votre court texte à : info@montrealsanssida.ca avant le 31 aout 2018 à 17h.

Les personnes dont la candidature aura été retenue seront contactées pour une entrevue par téléphone ou en personne afin de discuter de leur implication.

Pour plus d’informations ou toute question,

Contacter Pierre-Henri Minot

coordination@montrealsanssida.ca

Version PDF du document

1